accordsInformationspollution
A la Une

Rejet d’un texte sur la réforme du marché du carbone européen

Ce texte qui pourtant prévoyait l’élargissement du marché des échanges des quotas de CO2, la suppression des quotas gratuits au profit des industriels, leur droit de polluer et une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne, qui semblait a priori aller dans le bon sens de la lutte contre le réchauffement climatique, a été rejeté par les eurodéputés au Parlement européen à, Strasbourg, après avoir été jugé trop peu ambitieux sur le calendrier et sur les objectifs, ce qui mérite explication.

Ce rejet va conduire à une renégociation de ce pilier du plan climat de l’UE en commission parlementaire, alors que le Parlement devait se prononcer ce jour-là sur huit des quatorze textes de la feuille de route proposée en juillet 2021 par la Commission européenne, pour réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre, les GES de l’UE, d’ici à 2030, par rapport à 1990.

Alors qu’il semblait s’agir d’un simple problème technique, un texte à parfaire en commission parlementaire à proposer pour un vote ultérieur sous la forme d’une mouture révisée, ce qu’une large majorité des eurodéputés a approuvé , le coup de tonnerre qui s’est produit est d’ordre politique et n’a rien à voir avec le texte qui a été rejeté, qui est un compromis obtenu par la première force au Parlement et un vote contre, qui réunissait l’extrême droite, les socialistes et les verts, c’est ce qui arrive quand il n’y a pas de majorité claire au Parlement et que les oppositions peur se réunir, à l’occasion d’un vote.

Les questions litigieuses à résoudre tiennent au calendrier de la prise d’effets des mesures à prendre, celui de la fin des quotas gratuits, l’élargissement du marché du carbone au secteur maritime, à l’aviation, aux poids lourds et aux immeubles de bureau, qui aujourd’hui ne couvre que l’énergie et l’industrie, ou encore la date de la fin des ventes des voitures neuve à moteur thermique.

Le président de la commission de l’environnement du Parlement a dit à ce sujet : « Nous allons entamer ces négociations dès maintenant, pour revenir le plus vite possible en plénière, avec un compromis stable ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page