EcologieInformationsorganisation

Mina Guli franchit le cap des 100 marathons en six mois

Dimanche 25 septembre 2022, Mina Guli a atteind la moitié de sa campagne RUN BLUE, dont l’objectif est de courir 200 marathons dans le monde cette année pour sensibiliser à la crise mondiale de l’eau et inviter à prendre des initiatives pour la résoudre.

Mina Guli, militante de la cause de l’eau, court cette année environ quatre marathons par semaine dans le cadre de la campagne RUN BLUE.

Le dimanche 25 septembre, elle courra son 100e marathon dans le cadre de la course NN CPC Loop Den Haag à la Hague, aux Pays-Bas.

RUN BLUE a démarré en Australie lors de la Journée mondiale de l’eau en mars 2022 et se terminera aux Nations unies à New York en mars 2023, à l’ouverture de la première conférence des Nations unies sur l’eau depuis près de 50 ans.

Ce 100ème marathon est le témoignage d’un parcours remarquable effectué depuis 6 mois, qui montre qu’il est possible d’accomplir en affrontant les obstacles les plus difficiles.

Pour Mina, le 100e marathon est une étape importante qui n’est pas seulement un énorme accomplissement pour le mouvement RUN BLUE, mais un reflet de la gravité de la crise de l’eau et de la façon dont elle peut être surmontée lorsque des communautés de personnes se rassemblent pour s’unir sous un objectif commun.

“Nous avions cette incroyable et ambitieuse idée d’inspirer l’action sur l’eau en faisant bouger le monde à travers 200 marathons à l’approche de la conférence des Nations unies sur l’eau – un moment mondial d’une importance cruciale pour l’eau.”

Au cours de son voyage, Ana Guli a rencontré des centaines de personnes en première ligne de la crise de l’eau, qui ont partagé leurs histoires et témoigné de l’impact de l’eau sur leurs vies, leurs communautés et leurs économies.

“Nous avons bénéficié d’un soutien massif dans le monde entier”, a déclaré Ana Guli. “Ce qui a commencé par moi courant seul dans un désert il y a seulement quelques années est devenu un mouvement mondial pour le changement avec des milliers de personnes s’engageant pour l’eau dans plus de 197 pays à travers le monde.”

Le long de son parcours, Ana Guli a été accueillie par des villes entières de personnes venues courir avec elle au Tadjikistan et en Afrique, et par des foules de coureurs en Allemagne, aux Pays-Bas et en Turquie, alors qu’elle traversait des zones en première ligne de la crise de l’eau.

“Tout au long de mon parcours, j’ai pu constater de mes propres yeux la dévastation et l’impact de cette crise de l’eau – non seulement sur l’environnement, mais aussi sur les communautés et l’économie. De la sécheresse estivale en Europe aux inondations en Australie, en passant par la fonte des glaciers en Asie centrale et les énormes gouffres en Turquie. J’ai traversé de nombreux lacs asséchés, longé de nombreuses rivières basses et traversé de nombreuses villes et villages souffrant de problèmes d’eau. Ils ont tous le même message : nous n’avons pas de temps à perdre. Nous devons agir sur l’eau maintenant.

“Courir mon 100ème marathon ici aux Pays-Bas est significatif à la fois parce que les Pays-Bas coorganisent la conférence de l’ONU sur l’eau 2023 et parce qu’ils sont depuis longtemps un leader mondial en matière d’eau”, a déclaré Ana Guli. “Ce leadership sera essentiel pour impulser une dynamique mondiale en faveur de la conférence et faire en sorte que, au-delà des discours, nous prenions des engagements concrets en faveur de l’eau.”

A l’image de la lutte pour résoudre la crise mondiale de l’eau qui a connu des hauts et des bas, il en est de même pour Ana Guli. Courir en moyenne quatre marathons par semaine a mis son corps sous pression. Elle a souffert de maladies, de déshydratation, d’épuisement dû à la chaleur, de déchirures musculaires et, cette semaine encore, elle a trébuché – courant les 20 derniers kilomètres avec du sang coulant le long de ses jambes.

“Personnellement, ce 100ème marathon est un moment d’émotion car il s’agit d’un nouveau lieu et d’un nouveau cap en termes de distance, et que je n’aurais jamais pu imaginer faire quand j’étais jeune”, a déclaré Ana Guli, qui a dû abandonner sa tentative en 2019 de courir 100 marathons en 100 jours après s’être fracturé le fémur. “Mais cette campagne nous montre que nous sommes capables de faire tellement plus que ce que nous imaginons, qu’il s’agisse de courir 200 marathons ou de résoudre la crise mondiale de l’eau”.

“Avec ce marathon, nous entamons le compte à rebours jusqu’à la conférence aux Nations unies – la ligne d’arrivée de ces marathons et la ligne de départ pour que la communauté mondiale s’unisse autour de l’eau. Ce ne sera pas facile. Mais ensemble, nous pouvons accomplir des choses difficiles.”

(Note : Comme la plus longue distance proposée au Loop Den Haag est un semi-marathon de 21,1 km, Guli courra 21,1 km avant le départ de la course, puis rejoindra la course pour le second semi-marathon afin de compléter ses 42,2 km pour la journée).

Thirst Foundation est une organisation à but non lucratif qui se concentre sur la mise en œuvre d’actions novatrices dans le domaine de l’eau. RUN BLUE. Mars 2022 – mars 2023, pour agir sur la crise mondiale de l’eau, 200 marathons | 1 an | 1 raison.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page