Informationspollution

Twitter, un poids lourd de l’empreinte carbone numérique

Greenly, spécialiste du bilan carbone, a enquêté sur l’empreinte carbone d’un tweet, et de la firme. Au-delà de l’analyse du réseau social à l’oiseau bleu, certains twittos, très actifs et suivis, pèsent plus que d’autres… dont le nouveau propriétaire, Elon Musk qui, malgré son image d’éco-responsable, figure dans le top 10 des actifs et, de facto, fait partie des plus pollueurs de la twittosphère.

Chaque activité digitale génère une émission carbone et cela concerne alors chaque tweet. L’étude réalisée par Greenly révèle ainsi le poids carbone de Twitter, en incluant l’énergie consommée par un smartphone, les données échangées sur le réseau et les requêtes traitées par le serveur. Révélé par l’un des salariés de Twitter en 2010 sans avoir précisé la méthodologie, information confirmée par plusieurs experts climats, un tweet émet bel et bien 0,026 gCO2.

Pour connaître l’empreinte carbone de Twitter, Greenly a pris en compte les 867 millions de tweets envoyés par jour, soit 316 milliards de tweets publiés chaque année. Sur une année, et en partant de la donnée juste de 0,026 gCO2, Twitter émet 8200 tCO2e, l’équivalent de 4 685 vols Paris-New York.

La principale cause de ses émissions carbones concerne sa consommation électrique où ses données sont hébergées dans des data centers énergivores installées dans des pays où la production énergétique est fortement dépendante des énergies fossiles.

Tous égaux sur Twitter ?

Alexis Normand, CEO et co-fondateur de Greenly, précise : “La question se pose car évidemment un tweet envoyé par Elon Musk par exemple n’aura pas le même impact carbone que celui d’un utilisateur lambda En cause, le nombre de followers n’est pas le même d’un compte à l’autre. Cependant, il reste tout de même difficile de quantifier exactement l’impact carbone annuel de chaque compte mais permet tout de même de fournir une estimation plus ou moins proche de la réalité.”.

Twitter compte actuellement 486 millions comptes actifs, ayant en moyenne 700 followers chacun, D’après une estimation réalisée par la climate tech Greenly, les 10 comptes les plus suivis sur Twitter atteignent à eux-seuls 22,5 tCO2e par an, soit 0,26% des émissions globales du réseau social. C’est l’équivalent de 13 vols Paris-New York ou de l’empreinte carbone annuelle moyenne d’un humain d’ici 2050 dans le cadre de la neutralité carbone. Parmi les personnalités ayant le plus de followers figurent Barack Obama (133 M) et Elon Musk (118M), suivis de stars de la chanson Justin Bieber, du footballeur Cristiano Ronaldo et de l’humoriste Ellen DeGeneres.

D’un point de vue environnemental, le principal facteur de l’empreinte carbone de Twitter n’est pas le tweet mais le nombre élevé de followers qu’un compte peut réunir. D’autant plus qu’en rachetant Twitter, Elon Musk a l’ambition de créer une “super” application tout en un, appelé “X”, dans les 3 ans, prévoyant davantage de trafic de contenus vidéos et photos. “Les émissions carbones risquent de monter en flèche”, indique Tommy Catherine, expert du Carbon Institute lancé par Greenly.

Le numérique est responsable de 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre : produits manufacturés (66 %), réseaux (19 %) et data centers (15 %). Pour réduire son empreinte carbone, Twitter doit revoir la puissance de ses instances vCPU à la baisse et la gestion de ses data centers dans des pays où l’intensité carbone de l’électricité est basse. Cela vaut pour l’ensemble des réseaux sociaux qui doivent privilégier des data centers installés dans des pays ayant développé les énergies renouvelables. Même si la facture carbone de Twitter reste loin derrière les géants (du web) carbonés tels que TikTok, Meta (Facebook, Instagram, Pinterest), Snapchat et Reddit, pour autant le réseau social d’Elon Musk a intégré seulement 10 % d’énergie renouvelable.

À propos de Greenly

Créée en octobre 2019 par Alexis Normand (DG, ex-Directeur santé de Withings, HEC, Sciences-Po, passé par le bureau de Boston de Withings et Techstars), Matthieu Vegreville (CTO, X-Telecom, data scientist chez Withings) et Arnaud Delubac (CMO, ESSEC-Centrale, INSEE, précédemment chargé de communication digitale au cabinet du premier ministre), la société Offspend SAS, a lancé en janvier 2020 Greenly, première plateforme mondiale de comptabilité carbone avec près de 1000 clients entreprises en France, UK et USA. La climate tech permet aujourd’hui à toutes les entreprises, peu importent leur taille ou secteur, de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, en commençant par mesurer simplement leurs émissions de CO2. Une fois le bilan réalisé, Greenly les accompagne dans la définition d’une feuille de route pour les aider à s’aligner sur une trajectoire Net Zéro. Greenly a obtenu le label B-Corp en septembre 2022 et entend mettre à disposition son expertise à la communauté.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page