Informationsorganisation

Le classement est fortement impacté par la manière dont les villes ont réagi à la pandémie de Covid-19

L’Institut des stratégies urbaines de la Fondation Mori Memorial, un organisme de recherche créé par Mori Building, le plus important développeur urbain de Tokyo, a annoncé aujourd’hui son rapport Global Power City Index (GPCI) 2022 portant sur l’attractivité globale des 48 plus importantes villes au monde, avec un accent spécial mis sur la manière dont les villes ont réagi pendant la pandémie de COVID-19. En plus des cinq premières villes — Londres, New York, Tokyo, Paris et Singapour, dans cet ordre — les autres villes notables incluent Melbourne (n°9), qui se retrouve dans le top 10 pour la première fois, et Dubaï (n°11), qui a fait de gros progrès d’amélioration de son brassage culturel.

Le classement GPCI 2022 a été fortement impacté par la manière dont les villes ont réagi pendant les trois années de la pandémie de COVID-19. Concernant l’Accessibilité, un aspect qui divise particulièrement les villes est la rapidité à laquelle elles ont commencé à accepter le retour des vols internationaux. Alors que des villes comme Londres, Singapour et Tokyo ont vu leurs scores affectés par leurs limitations sur le trafic aérien international et par des mesures de prudence aux frontières, Dubaï et Istanbul ont amélioré leurs scores en rétablissant le trafic aérien pour le tourisme.

D’autres localités sont parvenues à augmenter leurs scores en améliorant les conditions de vie locales. Melbourne et Paris, par exemple, ont réalisé de meilleurs scores que l’an dernier dans la catégorie Habitabilité, et New York a gagné des points en rétablissant rapidement son réseau de transport domestique et en améliorant son environnement de travail.

L’Institut a également annoncé aujourd’hui les résultats de son City Perception Survey (CPS) 2022, qui a interrogé quelque 9 600 résidents dans les 48 villes pour déterminer comment la communauté internationale perçoit les villes les mieux notées dans le classement GPCI.

Faits marquants (Villes classées de la première à la cinquième)
(Remarque : les nombres marqués avec ‘n°’ indiquent le classement global d’une ville ; les nombres marqués sans ‘n°’ indiquent un classement dans l’un des indicateurs ou fonctions).

Londres (n°1) : La ville la plus cosmopolite au monde a vu son influence réduite en raison des mesures de prudence vis-à-vis de la COVID-19

Londres a conservé sa position de tête dans le classement global mais ses scores ont nettement baissé dans les catégories Brassage culturel (1ère) et Accessibilité (6e). Dans la rubrique “Nombre de visiteurs étrangers” de la catégorie Brassage culturel, Londres a perdu sa place de choix, dépassée par Istanbul (n°32), Dubaï (n°11) et Paris (n°4), dans cet ordre, des villes qui ont rouvert rapidement au tourisme international. Le score de Londres dans la catégorie Économie (2e) a continué de baisser depuis le GPCI 2019, cette fois-ci en particulier dans les rubriques “Taux de croissance du PIB” et “Employés dans les services de soutien aux entreprises”. Bien que l’on puisse espérer que les scores comme le “Nombre de visiteurs étrangers” se rétabliront à mesure que la COVID-19 atténuera son emprise, l’économie de la ville a également continué de décliner suite au Brexit. Il reste à voir si la ville a la capacité de conserver sa position de n°1.

New York (n°2) : La ville suit de peu Londres grâce à la reprise de son réseau de transport domestique et à une amélioration de son environnement de travail

New York a conservé sa deuxième place mais s’est nettement rapprochée de Londres (n°1). L’Économie (1ère) et la R&D (1ère) sont des caractéristiques des bons classements de New York ces dernières années, mais cette fois-ci l’Accessibilité (4e) a devancé d’autres locomotives comme Londres (n°1) et Tokyo (n°3) alors que les vols domestiques ont enregistré un rétablissement rapide suite à l’impact négatif de la COVID-19. L’attention sera dorénavant portée sur la manière dont New York règle ses deux points faibles, l’Habitabilité (38e) et l’Environnement (27e). Dans la catégorie Environnement de travail, la ville a rebondi suite à la pandémie dans des domaines comme la “Flexibilité des méthodes de travail” et le “Taux de chômage total”. À l’inverse, des indicateurs dans la catégorie Environnement comme la “Qualité de l’air” et la “Satisfaction vis-à-vis de la propreté urbaine” ont enregistré un fort déclin.

Tokyo (n°3) : Les scores ont été restreints par les politiques de prudence en relation avec la COVID-19

Tokyo a conservé la troisième place globalement mais son score a baissé radicalement par rapport à l’an dernier, pour se retrouver juste devant Paris (n°4). Des déclins ont été observés dans quatre des six fonctions du GPCI : Économie (5e), Brassage culturel (5e), Habitabilité (11e) et Accessibilité (10e). Le score de Tokyo dans la catégorie Brassage culturel a progressé à l’approche des Jeux Olympiques de 2020, mais la pandémie a désavantagé la ville dans la rubrique “Nombre de visiteurs étrangers” et dans d’autres domaines. D’autre part, Tokyo a continué d’afficher de bons résultats dans les rubriques “Attractivité des options d’achat”, “Attractivité des options de restauration” et d’autres atouts touristiques. L’Environnement (13e) a été la seule fonction dans laquelle Tokyo a progressé, grâce à un bond dans la rubrique “Engagement pour la protection du climat”. Tokyo espère redynamiser sa capacité urbaine alors que la situation de la COVID-19 commence à se calmer et que des indicateurs comme le “Nombre de visiteurs étrangers” se redressent, conjointement avec de multiples projets de rénovation actuellement en cours de promotion.

Paris (n°4) : Son robuste score global devrait encore progresser grâce aux Jeux Olympiques de 2024

Paris se classe 4e dans le classement global, juste derrière Tokyo (n°3). Bien que Paris, tout comme Londres (n°1), ait perdu de nombreux points dans la catégorie Brassage culturel (3e), la ville a bien performé dans la catégorie Habitabilité (1ère) en raison de scores supérieurs dans les rubriques “Loyers des logements” et “Nombre total d’heures travaillées par habitant”. Alors que les vols internationaux depuis/vers Paris sont restés assez peu nombreux en pleine pandémie de COVID-19, la ville a connu un redressement plus rapide que les autres et ainsi amélioré son score dans la rubrique “Nombre de passagers aériens”. La grande question maintenant est de savoir dans quelle mesure l’organisation des Jeux Olympiques de 2024 impactera Paris, en particulier s’ils feront office de moteur pour favoriser davantage les aménagements urbains mais aussi accroître le Brassage culturel, qui a fléchi en 2022.

Singapour (n°5) : Un nombre inférieur de touristes et des ressources touristiques amoindries jettent une ombre sur les perspectives de croissance

Singapour se classe globalement en n°5, mais comme Londres (n°1) la ville a souffert d’une réduction des vols internationaux en raison des contremesures face à la COVID-19, ses scores dans les catégories Brassage culturel (11e) et Accessibilité (11e) ont donc fortement baissé, plaçant la ville juste devant Amsterdam (n°6). Néanmoins, Singapour a progressé dans la catégorie Économie pour rejoindre la 6e place grâce à ses scores en amélioration dans les rubriques “Niveau de salaire” et “Taux de croissance du PIB”. Dans la catégorie Habitabilité (25e), la rubrique “Loyers des logements”, qui était faible, a également connu une amélioration. Le score de Singapour dans la catégorie Brassage culturel continue de se détériorer depuis 2019, en raison non seulement d’une diminution du tourisme mais aussi de notes en baisse pour les ressources touristiques comme les “Attractions touristiques” et les “Options de vie nocturne”, la ville devra donc se pencher sur ces questions à l’avenir.

Autres villes notables choisies

Séoul (n°7) : Remplace Berlin (n°8) à la 7e place et semble vouloir progresser grâce au brassage culturel

Séoul a souffert, comme d’autres villes, d’une baisse du “Nombre de visiteurs étrangers” mais, dans le même temps, la ville a nettement amélioré son classement pour l’indicateur “Options de vie nocturne”, vraisemblablement en raison de la récente popularité des séries télévisées coréennes qui ont rendu les lieux de vie nocturne de la ville plus célèbres. À l’avenir, Séoul prévoit une poursuite de l’amélioration de l’évaluation de son Brassage culturel (15e). L’indicateur “Liberté économique” de Séoul a également nettement progressé et a donc amélioré le classement de la ville dans la catégorie Économie (14e).

Melbourne (n°9), Vienne (n°15), Helsinki (n°28) : Le tourisme a baissé mais de meilleures conditions résidentielles ont amélioré les classements

Bien que ces trois villes, comme d’autres, ont vu leurs scores de “Nombre de visiteurs étrangers” baisser ou rester bas, elles ont affiché de bonnes performances au niveau des indicateurs qui sont considérés comme importants par la population locale. Melbourne, en particulier, a fait son entrée dans le top 10 devant Sydney, grâce à des scores supérieurs pour des indicateurs comme le “Nombre total d’heures travaillées par habitant” et la “Flexibilité des méthodes de travail” dans la catégorie Habitabilité ainsi que la “Qualité de l’air” et le “Niveau de température confortable” dans la catégorie Environnement.

Shanghai (n°10) : Le recyclage des déchets nouvellement introduit permet d’améliorer le classement dans la catégorie Environnement et le classement général

Shanghai reste en 10e place, comme l’an dernier, mais la ville arrive en tête pour l’indice “Taux de croissance du PIB” dans la catégorie Économie (10e). Par ailleurs, Shanghai a amélioré son classement pour le “Taux de recyclage des déchets” dans la catégorie Environnement (34e), très probablement le résultat de politiques nouvellement adoptées.

Dubaï (n°11) : Les attractions culturelles ont connu une très nette amélioration du fait de l’organisation de l’exposition universelle

Dubaï est remarquable du fait de l’organisation d’une exposition universelle en 2021–2022, qui a contribué à accroître le nombre de visiteurs étrangers dans la ville, lui procurant des avantages significatifs dans les rubriques “Nombre de visiteurs étrangers” et ”Villes avec des vols internationaux directs”. L’attractivité culturelle de la ville s’est par ailleurs améliorée, comme en témoigne son meilleur classement pour des indicateurs comme l’“Attractivité des options d’achat” et l’“Attractivité des options de restauration”.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page