Informationsorganisation

Le 5 juin 2022 : Journée mondiale de l’environnement

Si l’urgence climatique apparaît comme une menace encore relativement lointaine pour certains, elle bouleverse déjà pourtant de façon dramatique le quotidien de millions de personnes ! C’est pourquoi Vision du Monde, association de solidarité internationale qui vient en aide aux enfants les plus vulnérables profite de la Journée mondiale de l’environnement, qui aura lieu le 5 juin pour alerter sur le quotidien devenu invivable pour les populations les plus exposées.

Changement climatique, pollution, extinction des espèces… les activités humaines ont un impact considérable sur l’environnement et les êtres vivants. Chaque année, la pollution de l’air provoque à elle seule environ 7 millions de décès prématurés !

Le changement climatique représente la plus grande menace de santé pour l’humanité selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Entre 2030 et 2050, ce sont près de 250 000 décès supplémentaires par an qui pourraient être provoqués par le changement climatique. La malnutrition, le paludisme, la diarrhée ou encore le stress lié à la chaleur en seront les premières causes. Mais le changement climatique a également un impact majeur sur l’environnement et l’économie des pays en développement.

L’extrême pauvreté exacerbée par le changement climatique

Les pays en développement sont les premières victimes du changement climatique, alors même que ce sont eux qui ont le moins contribué à son dérèglement. Ce phénomène risque de s’accentuer rapidement : selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), 132 millions de personnes pourraient basculer dans l’extrême pauvreté d’ici 2030 en raison des bouleversements climatiques.

Avec 1,41 milliard d’habitants, l’Inde est le 2ème pays le plus peuplé de la planète mais aussi l’un des plus vulnérables au changement climatique. En Inde et au Pakistan, les épisodes de chaleur records sont de plus en plus fréquents et intenses. Ces canicules, qui se déclenchent de plus en plus tôt dans l’année, menacent la santé ainsi que l’économie des communautés. Sans climatisation, soumis à des températures très élevées qui provoquent des coupures d’électricité, les quartiers les plus pauvres se retrouvent exposés à des risques sanitaires considérables. En parallèle, de nombreux rendements agricoles sont détruits par les fortes chaleurs, c’est le cas par exemple des récoltes de blé. Une perte critique puisque l’Inde qui est le 2ème pays producteur de blé au monde devait venir compenser la perte mondiale provoquée par le conflit en Ukraine. Or, cette baisse drastique de production liée à la sécheresse a conduit l’Inde à interdire les exportations de blé.

Face à la succession de différentes catastrophes et à l’extrême pauvreté, les plus vulnérables n’ont pas le temps de faire preuve de résilience, ni la capacité à se reconstruire.

La planète à préserver dès aujourd’hui

Alors que les rapports des scientifiques et les ONGs sont de plus en plus alarmants, les échéances faisant état de points de bascule se rapprochent de façon critique. D’ici 2030, jusqu’à un milliard de personnes seront menacées par la montée des eaux.

Au Vanuatu par exemple, là où le niveau de l’eau augmente deux fois plus que la moyenne mondiale, certains habitants doivent déjà déplacer leur maison dans les terres à distance des côtes, tandis que les communautés plantent des herbes près du littoral afin de réduire l’érosion des sols. Dans ce petit pays de 310 000 habitants, le gouvernement a pour objectif d’utiliser 100% d’énergies renouvelables d’ici 2030 et la population agit déjà pour réduire les émissions, notamment en ayant recours à des panneaux solaires. Alors que le Vanuatu est déjà l’un des pays les moins pollueurs au monde, son implication en faveur de l’environnement est un exemple pour le reste de la planète. Cet engagement est pourtant insuffisant face au changement climatique et à la montée des eaux qui favorisent largement l’augmentation des catastrophes naturelles.

Il est urgent que chaque pays prenne enfin ses responsabilités afin d’agir concrètement pour un effort collectif indispensable à la préservation de notre écosystème !

Vision du Monde : protéger l’environnement en autonomisant les communautés

Grâce au partenariat World Vision International, Vision du Monde déploie une aide d’urgence lors de catastrophes naturelles afin d’aider les victimes à les surmonter. En parallèle, l’ONG intervient de manière durable auprès des communautés vulnérables pour lutter contre les conséquences liées à l’altération de l’environnement. En mettant en place des formations, des groupes d’épargnes et de micro-crédit, les communautés sont plus résistantes et peuvent ainsi faire preuve de résilience, pour faire face par exemple aux mauvaises récoltes.

Vision du Monde travaille également à la réhabilitation de l’environnement, et à la reforestation grâce à la Régénération Naturelle Assistée (RNA – Farmer Managed Natural Génération – FMNR), une technique d’élagage qui permet de faire revivre des forêts entières. Mise au point il y a 25 ans au sein du partenariat World Vision International par l’australien Tony Rinaudo, Prix Nobel Alternatif 2018, la RNA est aujourd’hui utilisée dans 25 pays d’Afrique et d’Asie. Au Kenya par exemple, alors que le réchauffement climatique a détruit les récoltes et asséché les rivières, la RNA a permis à une vaste forêt souterraine de racines de reprendre vie, créant un avenir pour les générations à venir.

La RNA n’est pas le seul exemple concret d’action menée par Vision du Monde. Avec le partenariat World Vision International, l’ONG soutient des actions en faveur de l’environnement au sein de 1 100 projets répartis dans 47 pays.

En Afghanistan, où la sécheresse paralysait les communautés, un réseau innovant d’approvisionnement en eau par énergie solaire, fournit de l’eau potable et l’irrigation pour les cultures à des centaines de familles.

En Inde, 85% des ménages dépendent des cuisinières à bois, ce qui contribue à une forte pollution de l’air intérieur, à la déforestation et au réchauffement climatique. L’ONG a fourni à 1 200 familles des cuisinières économes en combustible qui utilisent moins de bois et produisent moins d’émissions nocives.

En 2018, les Philippines ont été désignées comme l’un des 5 pays qui produisent la moitié de tout le plastique polluant les océans. C’est pourquoi World Vision International s’est associé à Procter Gamble afin de transformer 3,2 millions de sacs en plastique et plus de 870 000 bouteilles en plastique en plus de 1 000 chaises d’école.

Autonomiser les communautés en leur fournissant des alternatives plus respectueuses de l’environnement est l’une des priorités de Vision du Monde. C’est en donnant des moyens efficaces de transformation à chacun que nous pourrons contribuer à un vrai changement.

Vision du Monde est une association de solidarité internationale qui vient en aide aux enfants les plus vulnérables. Elle est membre de l’organisation non-gouvernementale World Vision, 1ère association de parrainage d’enfants au monde. Animée par des valeurs chrétiennes, sa vision est celle d’un monde plus juste, où chaque enfant peut grandir

en paix, manger à sa faim, être aimé et vivre pleinement sa vie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page