Informationspollution
A la Une

La pollution provoquée par les jets privés des classes privilégies est suivie par flihgt tracking

Les jets privés sont utilisés par des déplacements officiels courants, quand l’utilisation des gros-porteurs des chefs d’État n’est pas de mise, mais ce que nous visons ici sont les jets privés des chefs d’entreprise, des artistes, des oisifs, à qui le temps semble précieux, tout en étant soucieux de leur confort, à condition bien entendu d’en avoir les moyens, les avions sont généralement pris en location, avec le personnel navigant, on loue une voiture, pour la conduire, mais pas un avion, ce qui n’empêche pas certains d’avoir leur compagnie aérienne.

On voit arriver les jets privés en masse, à toute occasion, comme au congrès annuel de Davos, au fin fond du Canton des Grisons en Suisse, où il y a peu de moyens d’accès mais aussi partout ailleurs, où ils ne font pas défaut. Ou simplement pour ne pas prendre un avion de ligne avec tout le monde.

Aujourd’hui ces pratiques sont dénoncées, au nom de la lutte contre la pollution, pour la défense du climat grâce au flight tracking, qui consiste à suivre en temps réel ou à retracer les déplacements des avions et jets privés à partir des signaux qu’ils transmettent publiquement, grâce à des plates-formes comme ADS-B Exchange, Flight Aware ou FlightRadar24.

Ces informations, longtemps peu consultées sur ces sites, par le commun des mortels ont vu leur popularité grimper en flèche ces derniers mois, c’est l’avion qui a conduit Nancy Pelosi, en déplacement en Asie, a été suivi tout le long de son parcours sur FlightRadar24, au point que le site est devenu temporairement inaccessible, pour savoir si elle se rendrait à Taïwan, malgré les mises en garde de la Chine, trois millions de personnes ont suivi le vol sur ce site, qui reçoit habituellement 2 000 visiteurs par jour.

Dans la foulée, un certain nombre d’internautes ont ouvert des dizaines de milliers de comptes, notamment sur Twitter et Instagram, pour répertorier le bilan carbone de chaque déplacement des jets privés, comme celui de l’homme connu pour être le plus riche de France et qui occupe à ce titre la troisième place sur la planète, au lieu de regarder pousser les radis dans son jardin, par ceux qui en ont un.

Un jour, les déplacements en jet privé ne seront plus tolérés, dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, lorsque celle-ci sera prise au sérieux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page