accordsInformations

Elinor Batteries et SINTEF signent un protocole d’accord en vue d’une collaboration stratégique pour la production de batteries

Grâce à cette collaboration, Elinor a obtenu les ressources nécessaires en R&D pour faire avancer le projet. SINTEF ouvrira son laboratoire de batteries presque en même temps que le lancement des plans d’Elinor pour une usine de batteries. L’accord couvre les aspects technologiques de l’ensemble de la chaîne de valeur pour la production de batteries, y compris les technologies de production, les infrastructures, la gestion, l’économie et les éléments sociétaux.

Un accord important

“La concurrence mondiale sur les batteries est à forte intensité de connaissances. Pour réussir, une usine de batteries norvégienne doit être la meilleure en termes de durabilité dans toute la chaîne de valeur et un leader des connaissances en électrochimie, technologie des matériaux et production de masse. Nous avons lourdement investi dans la mise en place de laboratoires de premier plan pour la production de batteries. Nous nous réjouissons à la perspective de travailler avec Elinor pour atteindre leurs objectifs industriels”, déclare Alexandra Bech Gjørv, PDG de SINTEF.

“Il s’agit d’un accord essentiel pour Elinor Batteries et nous permettra de commencer à produire des échantillons A dès ce printemps. Les échantillons A sont cruciaux pour être qualifié en tant que fournisseur dans un secteur qui a longtemps été dominé par des fournisseurs asiatiques”, explique Terje Andersen, PDG d’Elinor Batteries.

Une course mondiale

L’objectif commun des parties est de créer une production de batteries durable et compétitive dans le centre de la Norvège.

“Grâce à une feuille de route européenne commune, des travaux sont en cours pour développer une génération de batteries qui sera plus sûre, résistera à une charge plus rapide et durera plus longtemps. La production de batteries sera plus durable et plus rentable, avec des matières premières parcourant des distances plus courtes. Il s’agit là de changements fondamentaux dans la façon dont les batteries sont produites et utilisées, offrant ainsi de nouvelles opportunités. La Norvège dispose d’un excellent système de coopération entre la recherche et l’industrie, ainsi que de solides acteurs sur toute la chaîne de valeur de production, d’utilisation et de réutilisation des batteries. Toutes les conditions préalables pour prendre la tête de la course mondiale de la connaissance vers des batteries de nouvelle génération sont donc en place”, explique Gjørv.

La construction de l’usine débutera l’année prochaine. La première production est attendue au milieu de 2026.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page