EcologieInformations

Doit-on inclure l’écologie aux programmes scolaires ?

En septembre dernier, le ministre de l’éducation, Pap Ndiaye, annonçait vouloir franchir un cap concernant le lien entre écologie et éducation. Le ministre dit vouloir “permettre à nos élèves de devenir des citoyens engagés et responsables de leur environnement” et souhaiter “que les apprentissages liés au développement durable soient significativement renforcés depuis l’école jusqu’au lycée”. Suite à cette prise de parole, le Conseil Supérieur des Programmes (CSP) annoncera à la mi-janvier des propositions visant à mettre en place des “démarches et initiatives mettant les élèves en projet sur les thématiques liées au développement durable”.

Dans ce contexte, et à l’occasion de la Journée de l’Éducation qui se tiendra le 24 janvier prochain, Ma Petite Planète, l’association qui vise à sensibiliser le grand public, les entreprises mais aussi les écoles de la maternelle au lycée à la protection de l’environnement, se propose de revenir par la voix de sa responsable pédagogique du pôle scolaire, Chloé Annabi, sur l’importance d’inclure l’écologie aux programmes scolaires :

L’ÉCOLOGIE AUX PROGRAMMES SCOLAIRES : “Tout comme les sciences, ou l’histoire, être sensibilisé à l’écologie permet de mieux appréhender le monde qui nous accueille. Outre l’éducation à la protection de l’environnement, c’est la volonté de rendre les jeunes sensibles à ce qui les entoure. Cet apprentissage devrait se faire de manière transversale comme les apprentissages fondamentaux enseignés aux élèves. Chez Ma Petite Planète, nous pensons qu’il est possible de lier plusieurs disciplines ensemble en favorisant la coopération et la continuité pédagogique entre les différents enseignements. Au-delà d’une simple matière à enseigner, il semble d’ailleurs qu’un décloisonnement des matières à l’école permettrait d’ajouter du sens aux apprentissages.”

UN APPRENTISSAGE DÈS LE PLUS JEUNE ÂGE : “Il n’y a pas d’âge pour apprendre à prendre soin des autres et du monde qui nous entoure. Dès petit, l’enfant découvre le monde dans lequel il évolue. Il teste, touche, goûte, observe. De plus, les enfants sont à un âge de construction où les discours et les actions qui les entourent forgent leur grille de lecture du monde. L’apprentissage de l’écologie devrait donc débuter dès le plus jeune âge, à l’entrée à l’école, en maternelle, et ce jusqu’à la fin des études secondaires voire supérieures des élèves.”

L’ÉCOLOGIE AUX PROGRAMMES SCOLAIRES POUR FAVORISER L’ÉGALITÉ DES CHANCES : “Chaque enfant devrait avoir la possibilité d’enrichir ses connaissances et compétences en art. Alors pourquoi ne pas faire de même avec l’environnement ? Autrement dit, pour éviter les fractures sociales et inclure tout à chacun, l’écologie et l’éducation à l’environnement devraient être accessibles dans le cadre scolaire, à toutes et tous.”

LE RÔLE MAJEUR À JOUER DU GOUVERNEMENT : “Le défi climatique est probablement le plus grand défi de l’histoire de l’Humanité, et systématiquement dans le Top 3 des priorités des français. Une attente plus que légitime est donc que le gouvernement (quel que soit son bord politique) prenne en considération ces éléments et ait une politique proactive en matière de sensibilisation et de formation des élèves, mais aussi des centaines de milliers d’enseignants. On note de premières avancées avec l’élection d’éco-délégués, la généralisation des labels E3D École/Établissement en démarche de développement durable et les annonces du caractère obligatoire de formations à la transition écologique pour être diplômé.e du premier cycle universitaire, au plus tard pour 2025. Mais il y a encore du chemin à faire ! Par ailleurs, tout gouvernement devrait avoir un devoir d’exemplarité sur le sujet ! Quand l’ancien premier ministre Jean-Castex prend un jet privé de l’Etat, pour aller voter alors qu’il aurait pu faire une procuration, il envoie un très mauvais signal.”

Depuis son lancement, Ma Petite Planète a lancé plus de 5 éditions scolaires, réuni plus de 4 750 classes et mobilisé 112 000 élèves autour de plus de 1 433 600 défis écologiques. Son ambition ? Devenir un projet pédagogique d’éducation à  l’écologie de référence partout en France. La prochaine édition du MPP scolaire sera notamment lancée le 13 mars 2023.

À  propos de Ma Petite Planète : Créée en 2020 par Clément Debosque, Mathilde Hébert et Christian Nallatamby, Ma Petite Planète est une un jeu écolo par équipe proposant des défis écologiques à réaliser en famille, entre amis et même entre collègues pendant 3 semaines. En tant qu’association Loi 1901, la mission de MPP est de sensibiliser et faire passer à l’action un maximum de personnes pour la préservation de la planète à travers des défis écologiques du quotidien. L’ambition ? Devenir le jeu de référence en France et en Europe sur le passage à l’action écologique. Depuis son lancement, disponible en version grand public, mais aussi entreprise et scolaire, l’application compte des centaines de milliers d’utilisateurs.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page