climatInformations
A la Une

L’orage hors normes qui vient de frapper la Corse est la conséquence du réchauffement de la mer Méditerranée

Alors que les catastrophes climatiques sur les rives de la Méditerranée se multiplient, sous la forme de sécheresse et d’incendies, la Corse a subi de violents orages qui ont tué, selon les premières constatations cinq personnes et en ont blessé une vingtaine d’autres, dont quatre grièvement.

La majorité des victimes l’ont été du fait de rafales de vent soufflant jusqu’à 224 km/h sur la côte est de la Corse, en arrachant arbres et toitures, qui les ont provoqués en tombant sur eux, des coupures d’électricité ont privé 35 000 habitants de courant, les routes étaient jonchées de branches et dans les ports, les bateaux avaient rompu les amarres, en subissant d’importants dégâts, tout ça en peu de temps, parce qu’une vague de chaleur marine, inhabituelle a touché la Méditerranée occidentale en réchauffant l’eau de la mer jusqu’à 20 mètres sous sa surface.

Il va de soi que tous les services publics sont mobilisés pour rétablir la situation au plus vite, notamment les infrastructures, qui n’ont pas été épargnées, en cette période de vacances, qui touche à sa fin, qui reste difficiles, pour tout le monde, dans les zones touchées.

Entre les côtes françaises, espagnoles et italiennes, des températures de ­­6,5°C supérieure aux normales saisonnières ont été constatées et ces anomalies de températures très importantes ont duré au moins soixante-dix jours d’affilée cet été, ce qui fait que la Méditerranée est l’un des points chauds de la planète la température a augmenté de 1°C entre 1993 et 2020, selon les données du programme Copernicus, le programme européen d’observation de la Terre, en constatant que le bassin méditerranéen se réchauffe 20 % plus vite que le restant de la Terre, alors que 500 millions de personnes y vivent.

Quelle leçon faut-il tirer de cette catastrophe, il est trop tôt pour le dire, qui met à mal la légendaire douceur de la vie méditerranéenne, qui n’attire pas que des touristes mais aussi, chaque année, de nombreux de retraités européens, qui viennent y finir leurs jours, en France et ailleurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page